Devenir auto-entrepreneur : tout sur la fiscalité

L’entrepreneuriat séduit de plus en plus en France, et le statut d’auto-entrepreneur figure parmi les choix privilégiés pour embrasser cette aventure. Sa simplicité administrative et sa fiscalité avantageuse sont un appel à la liberté professionnelle. Cependant, même simplifié, le régime fiscal de l’auto-entrepreneur recèle des spécificités qu’il convient de maîtriser. Si vous envisagez de lancer votre propre activité ou que vous êtes déjà installé en tant qu’auto entrepreneur, cet article vous éclaire sur les subtilités fiscales de ce statut, pour vous permettre de gérer votre entreprise avec aisance et confiance.

La simplicité du régime micro-entrepreneur

Le régime micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur) est plébiscité pour sa gestion fiscale allégée. La déclaration de chiffre d’affaires est mensuelle ou trimestrielle, selon votre choix, et ne nécessite pas la tenue d’une comptabilité complète.

En parallèle : L'importance de l'isolation thermique dans la maison

En tant qu’auto entrepreneur, le calcul de vos cotisations sociales est directement indexé sur votre chiffre d’affaires. Vous payez donc uniquement si vous encaissez des revenus. Les taux s’appliquent de la manière suivante : environ 12,8% pour les ventes de marchandises et 22% pour les prestations de services et les professions libérales relevant de la CIPAV.

L’auto entreprise bénéficie de la franchise en base de TVA. Cela signifie que vous n’avez pas à facturer la TVA à vos clients tant que vous ne dépassez pas les seuils de chiffre d’affaires autorisés, qui sont de 85 800 euros pour les activités de vente de marchandises et de 34 400 euros pour les services.

Dans le meme genre : Quelles sont les clés pour une évaluation immobilière réussie ?

Pour en savoir plus sur le statut d’auto-entrepreneur et ses implications fiscales, n’hésitez pas à continuer à lire.

Les obligations déclaratives de l’auto-entrepreneur

Le régime de la micro entreprise est certes simplifié, mais il comporte néanmoins des obligations déclaratives. Continuer à lire pour en savoir plus sur comment rester en règle avec l’administration fiscale.

La déclaration de chiffre d’affaires est essentielle, et elle doit être réalisée même si celui-ci est nul. Elle sert de base au calcul de vos cotisations et contributions sociales et, si vous avez opté pour le versement libératoire, de votre impôt sur le revenu.

Vous devez également déclarer vos revenus d’auto entrepreneur chaque année sur votre déclaration de revenus personnelle. En cas d’option pour le versement libératoire, vous devez tout de même déclarer le montant de votre chiffre d’affaires, bien que celui-ci ne sera pas sujet à l’impôt sur le revenu.